• Mon Texte pour l'atelier no 75

    Mon Texte atelier no 75

    avec les mots..

    Songe, méconnu, image, pareil

    nocturne, éphémère, harpies, utopie.

    ou la phrase ;

    Nul besoin de miroir pour....

    Totor au cinéma.

    Totor avait invité Etienne en nocturne au cinéma, pour voir un documentaire sur les songes méconnus et leurs significations... Parfois le Totor voyait des images  dans sa tête, certaines éphémères, d'autres plus tenaces et de fait, ce documentaire lui plaisait particulièrement... Bien sur Etienne n'était fan car ces deux là , étaient amis mais tout les opposait. Il avait dit à Totor "" Mais arrêtes ces idioties,  tu vis dans l'utopie mon pauvre Totor "" Cet Etienne il n'avait pas son pareil pour contrarié son ami...Les voilà donc installés au cinéma et soudain des images de harpies défilent ! Elles illustrent le récit de Roger qui explique, en voir en rêves très souvent..L'explication était simple pour le commentateur......Monsieur, qui se fait houspiller par sa femme quand il lève un peu trop le coude, voit des harpies,en rêve, qu'il représente sa femme en fait, et nul besoin de miroir divinatoire ou de songes pour savoir deviner cela ! C'est sa femme qui tape l'incruste dans ses rêves comme pour lui dire "" fais gaffe """ Totor, lui, il voyait des images de sa familles, alors il pensa, sans rien dire, que peut être, était ce le présage qu'il allait bientôt les voir !!
    Etienne ne croyait pas à ces sornettes comme il disait !
    ""On aurait mieux fait
    d'aller voir voir un bon western "" dit il !! ...
    Ah cet Etienne jamais content !!..........

    ................

    Un autre plus...construit...

    Le songe d'un nouveau monde.

    Nul besoin de miroir pour admirer la beauté intérieure de ce monde méconnu...Sa nature s'offre à moi et j'entre en contemplation de ses couleurs, où elle vit avec délicatesse, délivrant des images et des sons chimériques, à nuls autres pareils...La lumière de son ciel se teinte d'un rouge ensorceleur, en se couchant et il semble alors qu'un ruissellement de bouquets d'ors tombe sur son lac qui étincelle de mille feux. En nocturne venue, s'égrènent au loin les notes sulfureuses, d'un piano, parant la nuit d'éphémères qui dansent à ravir le ballet d'une vie, pour sombrer dans la rosée, au matin, victimes de quelques harpies vénéneuses, changées en déesses, le temps d'une utopie... 

    Ghislaine

     

    « Défi chez Evy no 183. "" le premier jour ""A vos plumes chez Arlette no 22 »

  • Commentaires

    7
    Evy
    Lundi 15 Octobre à 16:32

    C'est magnifique tes ecrits bisous

    6
    Lundi 15 Octobre à 11:01

    Bonjour Ghislaine

    voilà deux textes bien représentatifs de l'atelier demandé

    bravo

    j'M beaucoup le deuxième

    bonne semaine  bisous

    LILI

    5
    Lundi 15 Octobre à 10:43

    J'aime les deux avec aussi une préférence pour le second, 

    bonne semaine.

    4
    Lundi 15 Octobre à 08:59

    une préférence pour le second... ma Ghis..

    bisous et toutes mes pensées pour passer la journée

    3
    Lundi 15 Octobre à 08:16

    Quelle verve d'inspiration Ghislaine. Bravo.

    Bisous

    2
    Lundi 15 Octobre à 04:06
    colettedc

    Deux très beaux et bons textes, Ghislaine ! Bravo et bonne semaine ! Bisous

    1
    Lundi 15 Octobre à 00:14

    Oh que oui il y a mieux à voir au cinéma les camarades ! Notre monde est ce qu'il est, les hommes n'en font pas le meilleur avec la façon de le traiter, alors rêver d'un autre... cool bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :